Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Regard Humanitaire

Regard Humanitaire

Action humanitaire - Population vulnérable - Impact durable

Les Nations Unies fixent le cap pour 2030

Les Nations Unies fixent le cap pour 2030

On ne parlera plus des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) à partir de janvier 2016. L’’ONU propose une nouvelle formule : les Objectifs du Développement Durable (ODD).

C’est l’une des conclusions majeures de l’Assemblée générale de l’ONU tenue en septembre 2015 à New-York et il faudra s’y habituer pour les 15 prochaines années. Le nouvel agenda mondial unanimement arrêté par 193 Etats au cours de la conférence sur le développement durable du 25 au 27 septembre 2015 ; vise à éradiquer la pauvreté d’ici à 2030. Cet agenda présente des innovations par rapport à l’ancienne nomenclature des OMD.

Numériquement, nous sommes passés de 8 OMD à 17 ODD. Leur cible a également évolué considérablement, puisqu’elle passe de 21 à 169. L’ambition de dépasser les thématiques sociales pour couvrir l’ensemble des dimensions de développement durable à savoir la croissance économique, l’intégration sociale, la protection de l’environnement constitue aussi une innovation majeure. Sur le plan géographique, alors que les OMD étaient orientées vers les pays en développement, notamment les pays les moins avancés réputés pauvres, les ODD s’appliqueront aussi bien aux pays riches qu’aux pays pauvres. Selon les simulations internes aux Nations Unies, l’ODD n°1 se propose d’éradiquer la pauvreté sous toutes les formes et non pas seulement l’extrême pauvreté.

Le monde des affaires est aussi interpellé par cette mutation. Pour la réussite de ce nouvel agenda mondial, le secrétaire général de l’ONU fonde les espoirs de financement sur une action concertée entre le secteur public et le monde des affaires. Ainsi a-t-il déclaré: « cet évènement réunit les partenaires dont nous avons besoin : les entreprises, les investisseurs, les représentants de la société civile et les responsables gouvernementaux » avant de poursuivre que « si les gouvernements doivent se montrer à la hauteur des promesses inscrites au sein du programme qu’ils ont adopté, le secteur privé doit également contribuer à sa réussite ».

Cette transformation a tout de même attiré l’attention de partenaires et organisations privées comme Camer.be, qui a tenu à saluer cette initiative. Jovago par la voix de son représentant local au Cameroun, Alexandre Du Buysson, a tenu à dire l’engagement de son entreprise à œuvrer aux côtés du gouvernement du Cameroun, pour favoriser une meilleure prise en compte de ce nouveau programme.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article